Re : Walden, Jean-François Peyret, d’après Henry David Thoreau

Au-delà de thématiques communes à l’œuvre et au logiciel – la mémoire, l’augmentation technologique, la discursivité – Re : Walden est un objet complexe qui nous a obligé à pousser dans ses retranchements la conception de Rekall :

  • complexité des formes et du processus de création : ce projet, lancé en 2009, après une proposition de l’EMPAC (Experimental Media and Performing Arts Center), à Troy (NY, USA) a connu jusqu’à ce jour plusieurs états : installations au Fresnoy – Studio National des Arts contemporains (juin 2010 et février 2013), performance musicale à l’Empac (mars 2012), forme théâtre au Théâtre Paris- Villette (juin 2010 et juin 2011) puis au festival d’Avignon (juillet 2013), extension dans un monde virtuel avec la collaboration d’Agnès de Cayeux (2010 à 2013). Pour fil conducteur de ces métamorphoses : déployer une lecture du livre Walden ou la vie dans les bois d’Henry-David Thoreau.
  • complexité des contributions artistiques : à son habitude, Jean-François Peyret travaille en complicité avec de nombreux collaborateurs : Agnès de Cayeux (monde virtuel), Alexandros Markeas (musique), Thierry Coduys (dispositif électroacoustique et informatique), Pierre Nouvel (vidéo), François Yvon (programme de traduction).

Une première étape de collecte des documents auprès des différents membres de l’équipe de Jean-François Peyret est presque achevée. Plusieurs centaines de documents ont été rassemblés et doivent être triés, analysés. En parallèle, des fonctionnalités ont été implémentées dans le logiciel, comme la possibilité de créer des cartographies sémantiques qui permettent de suivre l’évolution d’un concept, au fur et à mesure des étapes de travail.

 

Production Cie tf2 – Jean-François Peyret, Coproduction La Colline-théâtre national (Paris)

Avec le soutien du Festival d’Avignon, De la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon, De l’Experimental Media and Performing Arts Center (Troy, États-Unis), Du Centre national du Théâtre, Du Fresnoy Studio national des Arts contemporains (Tourcoing), Du Centre des Écritures contemporaines et numériques (Mons), Du Dicréam, De la Mairie de Paris, De l’Institut Numédiart de l’Umons (Mons), d’Acapela (Belgique), Du Laboratoire d’Informatique pour la Mécanique et les Sciences de l’Ingénieur au CNRS, De l’Arcadi, de la Spedidam, De la SACD.